Miséréré : Le royaume du Nord by Bernard Clavel

By Bernard Clavel

Strains d'usages mais sinon bel ouvrage.Exp?dition rapide de votre commande avec security soign?e de vos articles.Professionnel de los angeles vente ? distance.Professional on e-business.Fast supply of your order.Item rather well packed(r?f 14t)

Show description

Read Online or Download Miséréré : Le royaume du Nord PDF

Similar french books

Objectif TFI [Test de Français International]: Guide de preparation

Objectif TFI est un advisor destin# #224; sentra#238;ner au attempt de Fran#231;ais overseas. Cest aussi un ouvrage dapprentissage du fran#231;ais langue #trang#232;re. Cet ouvrage contient :- une pr#sentation du TFI- un mini-test- un try out complet- un appendice avec les transcriptions de tous les records sonores entendus dans le mini-test et le try- un CD audio pour los angeles compr#hension orale, enregistr# avec diff#rentes voix et diff#rents accents

Extra info for Miséréré : Le royaume du Nord

Example text

Le curé et de l’abbé Gauzon. Il y eut un murmure à peine perceptible. Le curé ne broncha pas. Son jeune collègue, qui avait opiné d’un sourire plein d’onction aux propos de Faivre, fronça les sourcils en levant les yeux vers les colons. Comme son regard croisait celui de Cyrille, l’ancien charbonnier éprouva une sensation de malaise. Le petit curé toujours debout à côté du fourneau précisa : — Comme il y a déjà des gens de Québec sur le rang deux, c’est moi qui ai demandé qu’on tire en deux fois, de manière à ne pas séparer ceux qui se connaissent.

Crachotant déjà de colère, Cyrille prit les devants : — On sème pas le trouble, mon père, on voudrait rester ensemble. — On se connaît, fit Koliare. — Ça fait de mal à personne ! dit Garneau. Le prêtre semblait très mécontent. Se plantant devant eux, il se dressa de toute sa taille. — Personne ne choisit sa place. C’est moi qui répartirai. Toutes les places sont bonnes. — Alors, fit Victor Billon, on voit pas pourquoi on prendrait pas celles-là. Le petit curé qui les avait accueillis à la gare les rejoignit.

Très vite, les gardes-trains, les conducteurs, les serre-freins et les bœufs se lassèrent de la chasse aux affamés. Les convois se firent moins nombreux. Autre signe de la grande crise : le transcontinental lui-même se mit à vivre au ralenti. Et cette voie que l’on avait tant peiné à tracer de montagne en forêt commençait de verdir comme si la prairie eût lentement regagné la terre sur le travail des hommes. Personne ne comprenait rien à cette agonie du pays. Dans les vastes plaines, le blé pourrissait sur les quais d’embarquement de toutes les gares tandis que les cités manquaient de pain.

Download PDF sample

Rated 4.82 of 5 – based on 27 votes