La République antiparticipative : Les obstacles à la by Jean Tournon

By Jean Tournon

Los angeles démocratie participative est une excellente démarche tant qu'elle n'est pas un cache-misère, voire une diversion, par rapport au dysfonctionnement du système français de démocratie locale, most advantageous responsable de l. a. désaffection des citoyens. Rendre los angeles République elle-même participative, telle semble être l. a. priorité : pour cela, il faut entreprendre une réforme de fond, et participative, de l. a. vie politique et administrative locale.

Show description

Read Online or Download La République antiparticipative : Les obstacles à la participation des citoyens à la démocratie locale PDF

Similar french books

Objectif TFI [Test de Français International]: Guide de preparation

Objectif TFI est un consultant destin# #224; sentra#238;ner au try out de Fran#231;ais foreign. Cest aussi un ouvrage dapprentissage du fran#231;ais langue #trang#232;re. Cet ouvrage contient :- une pr#sentation du TFI- un mini-test- un try out complet- un appendice avec les transcriptions de tous les records sonores entendus dans le mini-test et le attempt- un CD audio pour los angeles compr#hension orale, enregistr# avec diff#rentes voix et diff#rents accents

Additional resources for La République antiparticipative : Les obstacles à la participation des citoyens à la démocratie locale

Sample text

Les communes de moins de 500 habitants ont chacune droit à un délégué tandis que celles de plus de 30 000 habitants ont droit à un délégué supplémentaire par tranche de 1 000 habitants. Les petites et moyennes communes se taillent ainsi la part du lion. Les conseils municipaux des communes de moins de 500 habitants (qui abritent 7 % de la population) désignent 16 % des grands électeurs; ceux des communes de 500 à 1 500 habitants (15 % de la population) 25 %. Seules les villes comprises entre 1 500 et 19Paul Alliès, Le Sénat, une chambre anachronique.

Ce n'est pas pour autant que l'information financière des collectivités locales est lisible. Est-il normal que la seule source lisible et exhaustive soit celle que l'État propose à travers le ministère des Finances et la Direction générale des collectivités locales? Les collectivités locales ne pourraient-elles pas faire un effort de communication sur leurs finances? La masse des informations fournies ne garantit pas sa pertinence et son intérêt. Au contraire, on s'y noie sans qu'aucun élément saillant ne surgisse et une telle masse absconse n'intéresse pas les citoyens, peu demandeurs.

Et pourtant certaines expériences montrent que, loin des images rurales paternalistes que véhicule le Sénat, les villages peuvent être le lieu d'une reconquête politique ouverte et d'un espace public pluriel. En particulier, certains Conseils de développement, tels que la loi de juin 1999 les a mis en place dans les pays, témoignent de formes ouvertes de délibération en milieu rural, même si aujourd'hui l'incertitude caractérise l'avenir des pays. Immanquablement, certains élus ont formaté ces Conseils selon une logique contrôlée et fermée; mais ailleurs des Conseils ont connu une implication forte en quantité et en qualité pour l'élaboration des chartes de pays, dans une logique ouverte et plurielle.

Download PDF sample

Rated 4.03 of 5 – based on 21 votes